Damien Dieu

“ Légumes naturels non traités des mottes de la vallée du Bruant. ”

Produits

Artichauts, betteraves, blettes, carottes, céleris branches, céleris rave, choux (toutes variétés), concombres, courges, courgettes, échalion, échalote verte, épinards, fenouil, fèves, haricots, melon, moghettes, navets, oignons blancs, piments doux, pommes de terre, poireaux, pois, poivrons, radis, salades, tomates et topinambour.

Vente sur l’exploitation

Panier sur commande à retirer au 7 rue Calmette à Saint-Porchaire les jeudis de 18h à 19h30 (commande jusqu’au mardi 18h).

points de Vente

Intermarché à Saint-Porchaire. “ Halle et Champs ” à Saint-Georges-des-Coteaux.

Bien au-delà des jardins…

Au milieu, coule une source, celle du Bruant qui diffuse ses bienfaits de fraîcheur aux jardins de Damien Dieu. Jardin au pluriel, car le maraîcher travaille différentes parcelles au cœur d’un écosystème qu’il protège et entretient. Cultivées à la main, au croc et au râteau, ses mottes produisent des légumes résistants et goûteux, en plein cœur de Saint-Porchaire.

 

Un touche-à-tout

Rochefortais de naissance, installé à Saint-Porchaire en 2002, Damien Dieu n’avait aucune raison de devenir maraîcher. D’ailleurs, son métier de cuisinier et ses nombreuses aventures professionnelles, ne lui furent d’aucune aide lorsqu’il se lance en 2016 dans l’exploitation de 7000 m² de parcelles en plein centre-bourg. Mais les mottes dans lesquelles il plonge les mains lui rappellent chaque jour combien, enfant, il aimait accompagner son oncle dans le potager. Aujourd’hui, se retrouver à nouveau à l’air libre, actif et serein, lui va bien.

 

La passion forge les savoirs

Il faut l’aimer la terre pour passer des heures carrées à décortiquer les ouvrages de paysans-maraichers, intégrer des conseils de Pierre Rabhi, et digérer les tutos sur les bonnes associations de plantes. Mis en lien avec le terrain, ces savoirs vont permettre de cultiver des légumes. Une démarche consciencieuse et joyeuse d’en savoir toujours plus afin de tirer parti de ce qui pousse spontanément pour limiter son impact sur le vivant.

 

Faire le minimum

Après quelques années, Damien Dieu a acquis les pierres du vieux moulin et s’est étendu sur 4 000 m². Il cultive en rotation sur deux niveaux. La partie sur la roche accueille 3 tunnels de 60 m et 2 serres pour l’hiver, le terrain en contrebas, inondable, est dédié aux légumes d’été.

Pour habituer ses cultures aux restrictions d’eau, il développe la technique de graines paysannes. Issues de plants non arrosés – ce qui les obligent à chercher l’eau en profondeur, ces graines, plus résistantes aux maladies et adaptées à l’environnement, deviennent les semis de lendemains toujours plus instables.

Son travail du sol suit la même démarche : broyage de l’herbe pour une décomposition lente, rotovator à l’automne, mais jamais en profondeur. Pour parfaire la terre sablonneuse, il ajoute des tontes de pelouse dont l’azote va booster les plants… et pour ne pas la laisser nue, il laisse pousser l’herbe. Ces pratiques respectent l’innombrable et irremplaçable faune présente dans les dix premiers centimètres de sol.

Ce projet de potager entièrement travaillé en paillis prend du temps, alors Damien s’autorise un fertilisant naturel du commerce. Et quand il doit traiter les (rares) attaques de nuisibles, le maraicher se limite au bicarbonate de soude, au savon noir, à la bouillie bordelaise.

 

Les petites histoires de bon voisinage

… Avec les habitants, le courant passe bien. La jovialité de Damien, sa force de travail, et son amour de la terre sont reconnus et appréciés. Au point que plusieurs voisins, propriétaires de mottes, les lui ai prêtées pour voir grandir à leurs portes son potager respectueux.

… Avec le Bruant, c’est toute la chaine du vivant qui est concernée. Damien ne débroussaille que le nécessaire et s’active pour faciliter le retour de la vie sauvage dans le cours d’eau. En quelques années, libellules, grenouilles et loutres se sont (ré)installées.

… Avec les clients, c’est une autre histoire d’amour. Certes, Damien ne fait plus les marchés pour raison de santé et vend une partie de sa production aux magasins du coin. Mais rien ne lui fera arrêter la vente directe. Il aime trop la rencontre et le partage, le bavardage et la plaisanterie, garants d’une vie pleine de sens et d