La petite maraîchère bio

“ Fruits et légumes bio fraichement cueillis du jardin et aussitôt vendus. ”

ProduitsAGRIBIO

Ail, artichauts, aubergines, betteraves, blettes, carottes, carottes de couleur, céleris, choux, concombres, cornichons, courges, courgettes, épinards, fenouils, fèves, haricots verts, mâche, navets, panais, oignons blancs, oignons, pâtissons, petits pois, poireaux, poivrons, piments, pommes de terre, potirons, radis noirs et roses, salades, grandes variétés de jeunes pousses de salades, tomates, fraises, melons, pastèques, physalis et aromatiques.

VENTE SUR L’EXPLOITATION

Du 1er mai au 30 septembre : mardi, jeudi et vendredi de 10h à 12h30 et de 14h à 16h.
Du 1er octobre au 30 avril : mardi, jeudi et vendredi de 9h30 à 12h30.
Paniers au choix du client : à commander 24 heures à l’avance. Retrait sur l’exploitation tous les jours aux heures d’ouverture.

Un lieu qui vit

Construire un jardin en permaculture prend du temps, mais peu importe. L’essentiel est de respecter le sol et de faciliter l’installation d’une diversité d’espèces. En résumé, il s’agit de cultiver le vivant. De cette manière, Lydie Borjah obtient des fruits et des légumes bio, particulièrement goûteux, qui se conservent étonnamment bien. L’exploitation n’existe que depuis 2019, mais la notoriété de La Petite Maraichère Bio est déjà là.

 

Lydie Borjah
Lydie Borjah

Accueillante, passionnée du vivant, complice de vos interrogations, et généreuse en conseils, la liste des qualités de Lydie Borjah est longue. Son adaptabilité ne fait pas de doute : Dunkerquoise d’origine, elle est passée par le Cher avant de se reconvertir en maraichère sur les terres saintongeaises.

 

Savez-vous planter des choux ?

Une fratrie de six qui occupe bien sa mère ; un papa fondeur dans la sidérurgie qui veut lui voir faire des études ; la petite Lydie Borjah a du mal à faire entendre son désir de devenir fermière. Dès ses 14 ans, parallèlement aux études qu’elle suit jusqu’en Master de Sciences de l’éducation qui la forment au métier de Conseillère principale d’éducation, elle crée et entretient des parterres de fleurs et de légumes. Lorsqu’elle décide une reconversion dans l’agriculture à 43 ans, les paysans se moquent de son inexpérience et lui refuse tout emploi saisonnier. Une seule solution s’offre à elle : passer un Brevet professionnel d’exploitante agricole spécialisée en maraichage bio et trouver un lieu où s’exercer.

 

Des serres fertiles

Exploitation de la Petite Maraichère Bio
Exploitation de la Petite Maraichère Bio

Cette nouvelle voie professionnelle la conduit jusqu’au joli terrain à l’entrée de Port d’Envaux. Elle emménage immédiatement dans la commune, avec son mari et leur jeune garçon.

Son enthousiasme à toute épreuve fait taire les appréhensions de débutante. En février 2019, elle installe ses premières serres, qu’elle retrouve couchées par la tempête Amélie en novembre. En janvier, elle recommence l’installation…

Sous les presque 900 m² d’arceaux, Lydie fait pousser les primeurs, ces légumes tant attendus après l’hiver. Et quand le soleil fait grimper la température jusqu’à 50 degrés, elle ne rechigne jamais à égourmander les pieds de tomates, accrocher les aubergines au fil, et surveiller le bon développement des poivrons, salades, haricots, qui vont se récolter par kilo. Un travail minutieux, tout à la main, qui se poursuit à l’extérieur.

 

Cultiver le vivant

Hormis un petit tracteur qui sert à griffer les 4000 m² de champs, le travail manuel est omniprésent. Pour amender en feuilles et en résidus de tonte les 200 m² de lignes de fraises, pour planter les légumes racines, les cucurbitacées, les choux, Lydie accueille des stagiaires. Elle apprécie particulièrement ces contacts formateurs… pour les deux parties.

Pour augmenter la biodiversité, la maraichère sème des fleurs mellifères, plante des fruitiers, héberge des ruches. Capable de couper feuille par feuille ce qui est malade pour préserver la vie, elle affirme : « Le bio n’est pas un choix, c’est ma manière de travailler la terre depuis mes quatorze ans ».

 

La folie des semis

Dans cette micro-ferme, quand septembre arrive, un calme -tout relatif- s’installe. Lydie s’occupe à récolter, à nettoyer, mais quelque chose lui manque. Une latence imprègne ses journées.

Ce temps suspendu s’ébroue en décembre, avec la commande pour l’année à venir des semences, du terreau. En février, l’impatience gagne : la température ne monte pas, l’humidité est trop, ou pas assez présente. Quand le printemps, enfin, chatouille le nez, Lydie se lance avec ferveur dans les semis : nouvelles variétés, graines et greffes amoureusement récupérées, elle s’émerveille de voir le vivant sortir de terre.

 

La boutique du samedi

Panier de la Petite Maraichère Bio
Panier de la Petite Maraichère Bio

Il n’existe qu’un seul point de vente pour ces produits bio récoltés chaque jour : sur l’exploitation à Port d’Envaux.

Chaque mardi, jeudi et vendredi, vous pourrez contempler le travail de Lydie tout en rencontrant son époux, Jean-Yves, qui vous servira un panier de la ménagère à un prix très serré. Le reste de la semaine, vous pouvez passer commande par sms : vos fruits et légumes seront ramassés quelques heures avant votre venue. Plus frais que ça, on ne peut pas !