Chez Linette et Maxime Gay

“ Un terroir, des savoir-faire, des saveurs. ”

PRODUITS

Mâche, courges, choux, choux-fleurs, épinards, mojhettes, poireaux, potirons, aubergines, ciboulette, concombres, courges, courgettes, fenouil, fèves, haricots verts, melons, navets, oignons rouges et blancs, persil, petits pois, poivrons, pommes de terre, radis, salades et tomates anciennes.

POINT DE VENTE

Stand sur la RN 137 à Beurlay, produits de l’exploitation de mars à novembre, ouvert tous les jours de 9h à 12h30 et de 15h à 19h30, sauf le dimanche après-midi.

Légumes et melons : au plus frais

Gay_1La terre sur lesquelles poussent les multiples variétés de légumes que Linette et Patrice Gay cultivent dans le respect des saisons, sont réputées pour leur fertilité. La vallée du Bruant et celle de l’Arnoult sont riches de ces maraîchers installés depuis de nombreuses générations et qui contribuent par leurs pratiques à faire perdurer un métier essentiel.

Des marchés de gros au détail

Le père de Linette était ouvrier de laiterie à Surgères. Patrice, tout en étant bercé par le milieu rural, son père élevant des vaches à lait et à viande à Romegoux, n’eut pourtant la sensibilité paysanne que tardivement. Ses études terminées à l’âge de 18 ans, ne voyant pas de débouchés immédiats, il fréquente pendant deux ans l’école d’agriculture de Cognac et passe son BEPA polyculture et élevage. La ferme familiale étant trop petite, il s’installe en 1981 sur 50 ares de terre, en location.

Patrice Gay« J’avais attrapé la passion de la production de légumes quand j’étais beaucoup plus jeune. Je passais mes moments de vacances avec les producteurs maraîchers qui faisaient les marchés de gros à Limoges, Angoulême, Bordeaux. Cela me fascinait et puis l’après-midi, je sarclais et cultivais. Alors, quand il a fallu que je m’installe, c’est tout naturellement que j’ai pensé aux légumes ».
Ses amis maraîchers l’encouragèrent à faire des salades, des carottes qu’ils revendaient pour lui sur les marchés de gros. « Cela a été très formateur ».

Champ légumesSe mariant avec Linette en 1992, Patrice agrandit sa propriété en reprenant les 10 hectares d’un voisin qui arrêtait son activité, puis à la retraite de son père en 1989, il rajoute 30 hectares de terres céréalières. « Cela me permet de faire des rotations pour ne pas fatiguer les sols ». Pratiquant la culture de plein champ, il intensifie la production légumière et travaille avec les centrales d’achat, les magasins, les grossistes

De la grande distribution à la vente directe

Après quelques années passées à travailler avec la grande distribution, c’est en 1991 que se fera le déclic. « On avait eu des gelées tardives et cela compromettait la production des fruitiers, alors, pourquoi ne pas se lancer dans le melon ? »

Gay_6Le tonnage important va amener les Gay à investir une ancienne station-service fermée, sur les bords de la RN 137, à l’entrée de Beurlay, pour écouler leurs melons. Un tréteau et quelques parasols suffiront bien pour la première année. Le reste suivra en passant par la cabane en bois puis l’achat de l’ancien garage pour organiser un vrai point de vente directe.

Gay_5Les plantations se succèdent sous les 2 tunnels de 600 m² c hacun, les 5 tunnels de 300 m² et la serre chauffée de 200 m² pour les plants. « Je lis beaucoup la presse spécialisée. Je revendique une culture raisonnée car je n’apporte des produits qu’à bon escient, juste au bon moment pour la plante. Je ne traite pas n’importe quand et n’importe comment ».

Gay_4Toujours à l’affût de nouvelles techniques, écoutant les avis des conseillers de la Chambre d’Agriculture, il avoue faire preuve d’une grande curiosité professionnelle. Une curiosité qui se concrétise par la volonté de faire découvrir le goût des légumes anciens comme le concombre épineux, les tomates à haute qualité gustative et de vieilles variétés et même certaines pommes de terre dont la couleur noire, rose ou blanche est une invitation à un voyage dans l’assiette.